La grotte et sa découverte – infos clés

Une fréquentation en plusieurs phases

D’après la quarantaine de datations radiocarbone sur charbons de bois, deux périodes privilégiées de fréquentation humaine de la grotte se distinguent : la première autour de 33 000 ans, la seconde autour de 19 000 ans.

Différentes cultures

Ces phases correspondent à des cultures de la préhistoire, connues sous les noms de Gravettien (pour la plus ancienne) et d’Epigravettien pour la plus récente.

Une grotte engloutie

En raison de la montée des océans depuis la fin de la glaciation, la grotte Cosquer est une caverne engloutie. Aucune grotte ornée n’avait jusqu’à maintenant été trouvée au-dessous du niveau de la mer.

Une véritable épopée

La découverte de la grotte au Cap Morgiou, dans le 9ème arrondissement de Marseille, près de Cassis, est une épopée. Entre 1985 et 1991, le plongeur Henri Cosquer la visite plusieurs fois (seul et accompagné), après avoir parcouru un tunnel étroit et long de 175 mètres.

37m de profondeur

L’entrée se trouve à 37 mètres de profondeur au-dessous du niveau actuel de la mer. À l’époque paléolithique, la mer était au moins 120 mètres plus bas qu’actuellement et le rivage se situait alors à une dizaine de kilomètres.

Des oeuvres disparues

Aujourd’hui, seule une faible partie de la cavité originelle est émergée.

Lors de la découverte, on estime que 4/5 des oeuvres étaient déjà immergées.

L’art pariétal dans la grotte Cosquer

Plus de 500 œuvres d’art pariétal exceptionnelles

De manière générale, c’est un art réalisé avec des gestes rapides, surtout pour les gravures, avec une tendance au schématisme et à l’abstraction. Les figures les plus achevées témoignent de l’usage de l’estompe sur des tracés au fusain.

Animaux marins

Représentations uniques d’animaux marins tels que phoques et pingouins, dont la présence en Méditerranée date de la dernière glaciation.

Mammifères ongulés

Représentations de nombreux chevaux, bisons et aurochs.

Représentations humaines

Des représentations humaines rares dont « l’homme tué » ainsi que des signes qui pourraient être des symboles sexuels

© MC-DRAC PACA SRA - Luc VANRELL

Empreintes de mains

65 extraordinaires mains négatives rouges et noires

© MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE

Tracés digitaux

De nombreux traits faits au doigt ou avec un outil

© MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE

Vestiges d’activité

Des vestiges d’activités humaines (objets abandonnés, foyers…)

L‘omniprésence de l’eau

Parmi les spécificités de Cosquer, il faut également rappeler l’omniprésence de l’eau, tout à fait inhabituelle pour une grotte ornée paléolithique.

Tous les panneaux ne baignent pas dans l’eau, mais l’élément liquide n’est jamais loin. L’immersion actuelle n’a évidemment rien à voir avec l’aspect que présentaient les lieux il y a trente mille ans.

Cependant, notre perception moderne reste fortement imprégnée par cette dimension de grotte « engloutie ».

À l’humidité ambiante, s’ajoute une topographie souterraine complexe avec des voûtes et des passages bas, mais aussi des perspectives uniques, notamment autour du grand puits noyé.

© MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE
Deuxième rencontre Cosquer Septembre 2021
© MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE

Focus sur le Site
du Ministère de la Culture

Site de la grotte Cosquer / Collection Grands sites archéologiques

MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVETous les aspects de la découverte de la grotte
MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE Les représentations d’animaux terrestres et marins de la grotte 
MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVEToutes les images classées par types de documents, thématiques et licences d’utilisations
MC-DRAC PACA SRA - Luc VANRELLLa conservation, les recherches archéologiques et la valorisation de la grotte
MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE Les différentes salles, corridors et cavités de la grotte
MC-DRAC PACA SRA - Michel OLIVE La partie préservée de la grotte